mardi, novembre 01, 2005

Conférence débat sur "le rayonnement de la Créativité Française"

Que vaut la French touch ?
mardi 18 octobre 2005 - Bd St Germain - Paris
Compte-rendu de la conférence par Stéphane Galienni :
Première question : Qu’est-ce que la "French touch ?"
La "touche française" m’évoque en premier lieu la facture singulière des peintres tel un Renoir impressionniste ou un Seurat pointilliste. L’esprit et la culture française repose sur un patrimoine artistique qui n’a d’égal que sa réputation dans le monde. A cet égard, je n’ai pas manqué d’évoquer mon engagement sur la Tapisserie d’Aubusson, qui est de surcroît, un des joyaux de notre savoir-faire héxagonal, malheureusement menacé par la mondialisation. Mais de la tradition à la modernité, les français savent aussi s’adapter (bien souvent avec retard, certes...) aux outils créatifs de ce nouveau siècle qui nous tend les bras. Tout reste à inventer. L’Internet, les
blogs, la téléphonie mobile seraient donc pour moi le nouveau bastion de la créativité française, qui aurait l’avantage de s’exporter en temps réel à l’International (cf diffusion virale immédiate du film décroche primé au Festival Pocket Film, relayé par la BBC, AFP, etc...). J’ai donc sur ce point évoqué l’initiative avant-gardiste du Forum des images d’avoir créer le premier festival de film réalisé avec des téléphones portables, qui a donné cette possibilité aux artistes de s’exprimer créativement et sans contraintes sur un média tout neuf, le 3G, dont le potentiel reste encore à exploiter dans les années à venir.

Seconde Question : La globalisation aura-t-elle raison de l’image de marque de la France en matière de gastronomie, Art et en Mode ?
La france jouit d’une excellent réputation pour sa subtilité en art, en mode et en gastronomie, mais elle est menacée par la compétitivité internationale qui ne cesse d’accroître. me tournant vers mon voisin chef-cuisiner, Philippe Delacourcelle, je n’ai pas honte à avouer en tant qu’amateur de bonnes bouteilles, que je suis aujourd’hui plus attiré par l’exotisme d’un vin italien ou chilien que notre bon vieux terroir bordelais. Question de lassitude ou ouverture sur de nouveaux horizons gustatifs ? Sur le marché de l’art, l’exotisme du pays étranger fait aussi la bonne recette : Si l’amateur d’art français préfère acheter un Basquiat dans une galerie branchée new-yorkaise exposée à la Fiac, le japonais, lui, portera son choix sur un artiste français. Sur ce point, Monsieur Delacourcelle (qui a justement vécu au Japon) pense qu’il en va de même pour l’univers de la gastronomie. L’invitation au voyage, la spécificité culturelle d’un pays, sa tradition et son adaptation au monde contemporain est la clé possible de la réussite pour la touche française.

Troisième question : La créativité française est-elle traditionnelle ou exploratrice ? Suiveuse ou avant-gardiste ?
De la Tapisserie D’Aubusson au festival Pocket Films, mes expériences artistiques récentes et ce que j’y ai découvert mp’invite à répondre ceci : La France est victime de son lourd poid traditionnel, ce qui est aussi sa force de rigueur, mais elle est malgré tout capable de suivre la modernité, dès lors qu’elle remet en question son esprit dominant "conservateur" : n’ayons pas peur de l’inspiration américaine, chinoise, finlandaise. Puisons notre créativité ailleurs, à travers le voyage, dans la mobilité. Soyons ouvert au monde dans sa complexité nouvelle et trouvons l’alternative propre à notre culture traditionnelle, comme l’a fait Michel Moine, maire d’Aubusson, en éditant du Combas et du Garouste en Tapisserie, sur un savoir-faire français vieux de plus de six siècles. Aujourd’hui la France c’est aussi l’Europe, alors redeplaçons les frontières de la pensée hexagonale pour une meilleure compréhension de notre identité créatrice à l’international.
Source : Culture -buzz
Maintenant posons nous la question suivante : Que vaut la Tunisian touch ?
Existe-elle déjà ?
Si oui, avons-nous veillé à la protéger ?
Avons-nous tenu à la cultiver ?
Avons-nous essayé de l'exporter ?
Ou est-ce qu'elle a été dissoute, perdue comme notre identité "maghrénine-arabo-musulmane" ?

4 Rêves:

Blogger moOha à rêvé ...

tunisian touch??
a part la chicha je ne vois ce qu'on pourrai exporter vers d'autre pays!lol
tres joli blog bvo!!

6/11/05 20:18  
Blogger La Blogeuse à rêvé ...

MDRRRRR
ouais j'y pense , en fait, c vrai on n'a pas grand chose à exporter !!!
:-))))))))))

8/11/05 13:41  
Blogger moOha à rêvé ...

c'est clair! on s'exporte nous meme c'est suffisant

8/11/05 21:30  
Anonymous TunisianTouch à rêvé ...

La tunisie a beaucoup de choses à exporter et un savoir faire qui arrive à s'étendre le problème que le pays est dominé par le tourisme et donc on ne voit que les plages la chicha et le mechmoum ce qui est néfaste à la longue sur la réputation du pays.
Mon blog porte comme par hasard le nom de TunisianTouch:D et nous les bloggueurs tunisiens ont ait une part de la tunisian touch;)

26/5/06 15:33  

Enregistrer un commentaire

<< Retour